Scénario : Vincent Epry, Dessins : Giulia Jones

 

Sexe, Pouvoir, Ultraviolence et Poèsie :

une relecture de MacBeth dans l’Amérique contemporaine.

Que peut-on vouloir de la vie lorsqu’on est la Cheerleader en chef de Shakespeare High ? Absolument tout !

La jeune Ginny MacBride, 17 ans, reine de la promo, assassine froidement le proviseur de l’établissement avec l’aide de son petit ami et prend le lycée en otage… Aidée de la plupart des éléves, elle proclame l’établissement en état indépendant…

Entre le SWAT à l’extérieur, et la corruption qu’engendre le pouvoir à l’intérieur, son règne va durer 10 jours. Un règne guidé par le sexe, la peur, les meurtres…

Bref, Mlle MacB se veut une adaptation réaliste, nihiliste et brutal, à l’esthétique proche du film noir.

Le Macbeth de Shakespeare – un chef-d’œuvre baroque, violent et viscéral qui choque et fascine le public depuis près de quatre cents ans – se voit revu et corrigé aujourd’hui, d’un point de vue féministe.

« Un conte, raconté par un idiot avec beaucoup de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien… »